Nouvelles menaces d’expulsion aux Lentillères

Menaces d’expulsion avant la trêve hivernale.
Mobilisation lundi matin à partir de 06H00 rue Amiral Pierre.

Si vous souhaitez-être prévenu en cas d’intervention lundi matin, envoyez nous un numero de téléphone à l’adresse quartier-lentilleres@potager.org

De nouvelles menaces d’expulsion planent sur le quartier des lentillères. Selon des informations qui nous sont parvenues en cette fin de semaine, la préfecture préparerait une opération de police pour tenter d’expulser ce lundi matin, une ou des maisons occupées sur le quartier.
Bien que surpris par une telle nouvelle à l’entrée de l’hiver et alors même que le maire de la ville s’est engagé publiquement, il y a à peine un mois, à ne pas expulser avant le début des travaux, nous considérons que les risques d’expulsion sont sérieux. Nous nous mobiliserons donc en conséquence dès 06H00 ce lundi 26 octobre afin de pallier à toute tentative de passage en force.

Rappelons que la maison occupée il y a un mois par les migrants, n’est légalement pas expulsable, aucune procédure n’ayant été lancée devant les tribunaux.

Après l’interdiction de manifester dans le centre ville et le déploiement policier de la semaine dernière, la préfecture souhaite-t-elle réellement faire monter la tension d’un cran?

Depuis le quartier des lentillères, 24 octobre 2015.

Forte mobilisation malgré l’intimidation policière

Plus de 600 personnes ont manifesté, ce samedi 17 octobre pour, que vive le quartier des lentillères et que le projet d’éco-cité “jardin des maraichers” soit abandonné.

117-octUne foule bigarrée et festive a convergé depuis différents endroits de la ville pour se rendre au point de départ de la manifestation, place de la libération. Le rendez-vous avait été donné à 14h, mais dès le matin, de nombreuses compagnies de CRS bouclaient les abords de la place de la mairie, quadrillaient les rues du centre ville et pratiquaient des contrôles d’identité. Le dispositif était appuyé par des canons à eau ainsi qu’un hélicoptère de la police.

kata coolEsquivant les barrages policiers, une partie des manifestants à pied a réussi à se rassembler devant l’hôtel de ville. Les ordres étaient claires, point de tracteur ni de char ou véhicule boueux sur les dalles bien propres d’une place lissée mal nommée “de la libération”.
Parmi les passants, nombreux étaient ceux à ne pas comprendre cette démonstration de force disproportionnée. Le climat repressif avait clairement pour but d’intimider les personnes cherchant à venir exprimer leur soutien au quartier en lutte. Ainsi de nombreuses personnes solidaires n’ont pu rejoindre le rassemblement.

Dès les premières minutes des policiers à cran ont fait usage de leur gaz lacrymogènes et de leur matraque pour faire face à une foule de tous âges et de tous horizons dangereusement armée de confettis.
Le bouclage policier du centre ville et de l’accès au point de rassemblement constitue un durcissement de la repression et une atteinte au droit de manifester.

concertremorquieMalgré ce bouclage, les manifestants ont réussi à se maintenir place du théâtre. Un concert de rock’n’roll endiablé et l’ambiance festive mettaient en évidence l’absurde des moyens mis en oeuvre pour tenter d’étouffer la contestation au projet d’éco-quartier.

Le cortège s’est mis en marche en chansons et slogans pour déambuler dans les rues de la ville… Il a finalement rejoint le quartier des lentillères pour continuer à le faire vivre à travers la fête.

Nous restons détérminés à manifester dans les rues du centre ville !
Le projet d’éco-quartier n’aura pas lieu !
La lutte continue aux Lentillères et pour de nombreuses années encore !

[17 oct] Après la manif – fête aux lentillères !

Nous invitons tous-tes les manifestant-e-s à venir faire la fête après la manifestation de samedi 17 oct. – RDV à 14h place de la Lib’
web-affiche-lentilleres-17oct
Voilà le programme :

## 19h sur le quartier des Lentillères :

– Apéro et repas : pasta fraîches et autres délices – Chacun-e est invité à amener des tartes et trucs, des cacahuètes et cakes à partager pour complèter.

Guillaume Maupin (folk et human juke box)
Pose ton gun (saga théâtrale pour super héroines – Jura)
– No Ouestern (errance imaginaire sur la zad – projection du film des scotcheuses)
L’amicale de la nouvelle Orléans (swing du bayou – Bruxelles)
– Barricada Tropical (cumbia colombienne et solidaires – Paris)
– Boum, dj’s et ping pongs en double.

## A ne pas louper dès l’aprem’ en concert pendant la manif :
Potron potron lopez (rock délirant afro-électro and co – Creuse)

 

Jeudi 15 octobre – Les Lentillères à l’Eldorado

Jeudi 15 octobre à partir de 17h :  Marché, soupe et projections

Deux jours avant la manifestation du 17 octobre (RDV à 14h place de la lib’), le Quartier des Lentillères débarque avec son marché à l’Eldo.

Le seul ciné indépendant de la ville affiche son soutien au quartier et accueillera le marché hebdomadaire. Vous pourrez retrouver dans le hall du cinéma l’étal du Jardin des Maraîchers, ferme collective occupée, pour faire le plein de délicieux légumes supra-extra locaux !! Comme chaque jeudi aux Lentillères, il y aura aussi du pain frais ainsi que des baumes et sirops concoctés avec les plantes aromatiques et médicinales. Le tout à prix libre !

En attendant le film, vous pourrez vous prendre le temps de discuter des dernières nouvelles du quartier autour d’une soupe aux légumes

A 20H15, projection, à prix libre elle aussi, de deux courts métrages évoquant des moments de vie et de lutte aux lentillères. Puis, en avant-première, “La Fête est Finie” un documentaire de Nicolas Burlaud (72 min), qui résonne étrangement avec les dynamiques urbanistiques actuelles à Dijon. Filmées à Marseille par le collectif Primitivi, ces images retracent la gentrification d’un quartier du centre ville et nous amène à nous interroger sur les logiques d’aménagement imposées.

“Partout en Europe, sous les assauts répétés des politiques d’aménagement, la ville se lisse, s’embourgeoise, s’uniformise. Cette transformation se fait au prix d’une exclusion des classes populaires, repoussées toujours plus loin des centres-villes.
L’élection de Marseille en 2013 au titre de « Capitale Européenne de la Culture » a permis une accélération spectaculaire de cette mutation. Là où brutalité et pelleteuses avaient pu cristalliser les résistances, les festivités, parées de l’aura inattaquable de « la Culture », nous ont plongés dans un état de stupeur. Elles n’ont laissé d’autre choix que de participer ou de se taire.”

La soirée se clôturera autour d’un verre aussi bien pour prolonger les discussions soulevées par le film que pour faire le point sur la situation du quartier.

 

Les vidéos foisonnent !!

Nous partageons deux nouvelles vidéos qui viennent, chacune à leur manière parler du quartier des lentillères et des récents évènements !

Chicane Channel nous fait parvenir une vidéo avec des réactions suite à l’occupation de la maison sur le quartier

VictoireauxLentillères from Chicane Channel on Vimeo.

Eh puis ce détournement de soutien postée sur squat.net.

Décidément les quartier des lentillères n’a pas fini de faire parler de lui !

[17 oct. 2015] Manifestation en soutien au quartier des Lentillères !

web-affiche-lentilleres-17octLES BULLDOZERS APPROCHENT MAIS LES LÉGUMES POUSSENT TOUJOURS…

Vous êtes des centaines à être déjà passés sur le quartier des Lentillères : un sécateur à la main pour un défrichage hors norme, le temps d’une soirée pour une danse endiablée ou des semences plein les poches pour cultiver un potager. Vous y avez fait un petit tour par curiosité ou êtes un-e ami-e de longue route…

Les travaux d’urbanisation commencent tout près d’ici, sur le quartier des abattoirs où la « phase 1 » est en cours et les tractopelles se rapprochent. Faisons ensemble entendre qu’on restera ! Mobilisons-nous le 17 octobre pour manifester contre les menaces de destruction du quartier des lentillères  et donc, exiger l’annulation de la « phase 2 », qui concerne ce quartier.

Au départ, en 2010, le « quartier des Lentillères » c’est une manifestation de 200 personnes qui s’achève sur l’occupation d’une friche abandonnée, et lui redonne sa vocation maraichère initiale avec un potager collectif. Aujourd’hui c’est un espace magique, un bout de campagne en pleine ville ouvert à tous et à toutes par le biais de ses fêtes, marché hebdomadaire à prix libre, vide grenier, verger, spectacles de théâtre, chasse aux trésors, chantiers participatifs, courses à vélos, karaoké intercontinental, loto… Au-delà de ça, près d’une centaine de personnes s’y côtoient et s’y organisent au quotidien sur une ferme maraichère, une cinquantaine de jardins individuels et un potager collectif, les maisons et fermes occupées, cabanes et caravanes installées. Tout cela autour de l’aspiration à vivre et faire la ville autrement que ce que les logiques urbanistiques et économiques actuelles aimeraient nous dicter. Les lentillères cultivent l’indépendance vis à vis du système agro-alimentaire, la vie au-delà des espaces marchands, le brassage et le lien social, les prises de décisions collectives, les échanges de savoir et de biens, l’auto-financement, la réappropriation des pratiques paysannes, le respect de l’environnement, la réoccupation et la restauration des maisons plutôt que leur abandon.

Les travaux ont commencé au printemps 2015 sur le quartier des abattoirs, une friche industrielle de 11 ha, voisine des Lentillères, concernées par le même projet d’urbanisation divisé en 2 phases. Alors que les machines se rapprochent, on se prépare à défendre ce dernier bout de terre maraîchère de 6 ha en plein Dijon ainsi que les habitats et les activités qui en font un quartier. Une première maison occupée, la Cyprine, espace féministe, est menacée d’expulsion dès le 3 septembre. Nous ne les laisserons pas faire !
Alors que la mairie a voté en 2010 un Eco-PLU (plan d’urbanisme qui se veut écologique), et que déjà 14 projets de quartiers sont en cours de construction ou achevés, nous demandons l’annulation de la 2ème phase de l’ « Eco-cité jardin des maraîchers » qui consistera à urbaniser la dernière partie de la ceinture maraichère de Dijon. L’éco-quartier, on le construit chaque jour, sans label, sans asphalte, et grâce aux multiples formes de participations des jardiniers, habitant-e-s et visiteur-e-s.
S’il faut loger les gens, comme le clament les élus de la ville, il faut aussi permettre à chacun de se nourrir plus localement, d’avoir un bout de jardin, un espace de liberté et de convivialité. Tout le monde n’a pas les moyens de partir au vert le week-end ni d’acheter du bio dans les commerces.

Les aménageurs nous expliquent qu’il faudrait densifier l’habitat pour préserver les terres agricoles, mais les zones commerciales, parkings et supermarchés s’étalent sans complexes : 185ha de bonnes terres vont encore être grignotées pour la nouvelle zone d’activités dijonnaise « Eco-parc ». Nous nous opposons au bétonnage à tout va et à la volonté de faire une ville toujours plus grande en aspirant les campagnes alentours, sans même laisser aux habitants entassés des espaces pour respirer autre chose que des plans d’architectes pensés sur le papier.

Sans une forte mobilisation, ce qui se vit et se construit ici risque de disparaître. Après le succès de la manifestation du 8 mars 2014 où nous étions plusieurs centaines dans les rues de Dijon, venez encore plus nombreux exprimer votre soutien au quartier des Lentillères pour une déambulation maraîchère suivie d’une grande fête.

TOUS ET TOUTES PLACE DE LA LIBÉRATION À 14H LE 17 OCTOBRE 2015

Si vous venez de loin :

Outre des petits déj prévus le samedi et dimanche, des repas seront prévus le vendredi soir ; le samedi midi et soir ; le dimanche midi et soir. Diverses solutions de logements seront prévus pour acceuillir les personnes venant de loin. Cependant, ayant des capacités forcément limitées d’accueuil, n’hésitez pas à apporter une tente, un espace de camping sera prévu pour les installer.

Télécharger le tract et l’affiche pour limprimer et nous aider à le diffuser :
afficheA3-lentilleres-17oct
tract-lentilleres-17oct-final