Récit du bâchage des télés publicitaires du 5 mars

Récit du bâchage des télés publicitaires du 5 mars 9h30.

09H30, un doux soleil réchauffe la quarantaine de personnes qui partagent le café et des viennoiseries devant le Snack Friche, espace commun du quartier des Lentillères. Après quelques préparatifs, nous nous séparons en trois équipes et partons à 10h30 pour poser de grandes bâches sur ce symbole de l’invasion technologique que les télés publicitaires constituent.

pub1  
À trois endroits de la ville simultanément, la rue, habituellement voué seulement à la circulation, est habitée. Place St-Exupéry, une fois la télépub bâchée, on s’ installe avec une table et des chaises, on discute, on rigole, et on se débrouille pour bâcher un autre grand panneau de pub.

 

Bd Chicago ce sont deux télépubs qui disparaissent sous les grandes croix.

pub2L’ équipe du bd Schumann, elle, rencontre un léger contretemps : alors que la troupe s’installe avec boissons, chaises et victuailles, des policiers débarquent et perturbent quelque peu la fête. La bâche est tout de même déployée et le texte « Pourquoi les télés publicitaires doivent disparaître » est distribué aux automobilistes. Jugeant la compagnie policière assez peu agréable, nous partîmes vers midi pour bâcher la télépub de Chenôve et occuper le parking attenant. Une fois arrivés, on prépare ni une ni deux la bâche avant que les cognes ne retrouvent notre trace et après quelques jets de poids, la bâche au renard est hissée sur l’écran géant. Petit clin d’oeil au passage à l’ami du quartier des Lentillères qui l’ a réalisé. À 13h, l’équipe cuisine nous livre une centaine de sandwichs et une bonne soupe chaude.

pub3

La pluie vient malheureusement mettre un terme à l’aventure à 14h. Sur la journée, nous avons été soixante, âgés de 16 mois à 80 ans, à nous retrouver pour cette première manche contre l’invasion technologique et l’occupation publicitaire. Ni identité, ni collectif ne nous unissait ce jour-là. Seulement des liens et du sensible. Espérons que ce premier geste donnera l’envie aux autres dijonnais de se joindre à nous la prochaine fois dans cette reconquête de la ville.

À très vite !

dijonsanspub@riseup.net facebook : dijonsanspub